Végétarien, végétalien, végan

Je suis en train de lire « No steak » de Aymeric Caron. Ça se lit très facilement et on y découvre plein de bonnes choses et de moins bonnes… forcément. Comme beaucoup de personnes se trompent encore sur le termes, je vais reprendre (en partie) les définitions du livre. Il n’est pas rare de trouver des restaurants avec un menu dit végétarien composé en partie de poulet.

Flexitarien: ce néologisme récent désigne un végétarien qui mange de la viande de temps en temps. Généralement, son régime alimentaire est végétarien à la maison mais il s’autorise des transgressions à l’extérieur. Il évite ainsi de bouleverser les habitudes alimentaires aux repas de famille ou entre amis. Il peut également profiter de la restauration qui ne propose pas toujours des plats végétariens. Selon Aymeric, cette attitude est hypocrite et dénuée de bon sens. Pourtant, il me semble être une bonne transition avant de devenir complètement végéra*ien.

Végétarien: ne mange aucun animal. Ceux qui mangent du poisson ne sont pas végétariens, puisque les poissons sont des animaux.

Végétalien: ne mange aucun animal ni aucun produit d’origine animale. Cela exclut donc le lait, les œufs, le miel, et bien évidemment tous les produits dérivés, comme la gélatine.

Végan: comme le végétalien, le végan ne mange aucun animal ni aucun produit d’origine animale. Mais il refuse également tout produit qui résulte de l’utilisation d’un animal: pas de cuir, de laine, de soie, de duvet, de produits cosmétiques testés sur les animaux ou contenant des graisses animales, comme certains savons. Il s’oppose aussi à tout loisir fondé sur l’exploitation d’un animal (balade à dos de poney, cirques, zoos…). En anglais, le mot « vegan » (prononcer « vigane ») désigne à la fois le ‘végan’ et le ‘végétalien’. Pourtant, le terme ‘végétalien’ recouvre une dimension essentiellement alimentaire, tandis que ‘végan’ exprime une position morale politico-philosophique qui inclut un combat pour les droits des animaux.

D’après ce que j’ai pu observer, le changement demande un certain temps d’adaptation et d’appropriation du nouveau mode de vie. On considère un comportement ancré après plusieurs années. Rares sont ceux qui deviennent végans du jour au lendemain. Comme le disait Aymeric dans une interview, être végan est un aboutissement après des années de végéta*isme.