L’arnaque des capsules à café

Réservée aux professionnels il y a quelques années, la machine à Expresso à rapidement séduit le grand public. Une large gamme de cafetières est alors apparue autorisant toutes les fantaisies pour attirer les consommateurs. Il ne s’agit pas d’un percolateur ni d’une simple machine à faire du café mais d’un objet décoratif et de design. Ce petit bijou très snob représente à lui tout seul un savoir-faire hors du commun. Du moins, c’est ce qu’on essaye de faire passer comme message. La plupart utilisent des capsules: la juste dose sans se salir les mains. Fini le café fraîchement torréfié de votre choix vendu en grande surface.

Les capsules parlons-en. Au début d’une seule sorte, on en trouve désormais pour tous les goûts sous des appellations inventées à connotation latine pour Nespresso de Nestlé: Ristretto, Arpeggio, Roma, Livanto, Capriccio. Senseo opte pour des expressions encore plus farfelues: Caprice d’Eté, Délice Tonique, Envie Secrète.

Prisonnier d’un produit et contraint de lui être fidèle, les pastilles moka se vendent à prix d’or comparé à l’utilisation d’une cafetière classique. La concurrence a vite fait de proposer des imitations moins onéreuses mais sans aucune garantie sur la qualité. Est-il raisonnable de négliger la matière première quand on dispose de la rolls royce de l’expresso ?

Je ne serais pas tout à fait honnête en omettant de dire que certaines machines Nespresso acceptent le café moulu traditionnel. Une façon astucieuse de faire taire les mauvaises langues comme moi ou de faire croire à une pseudo liberté du consommateur. Dépenser des centaines d’euros pour une machine à café, c’est croire indirectement que la technologie est responsable de la qualité du produit fini. À en croire l’avis des consommateurs et consommatrices, ce café est un véritable délice. Ce qui n’est pas l’avis des véritables amateurs de l’expresso, mais l’engin ne s’adresse évidemment pas à eux.

Ce que je dénonce, c’est tout le branding de la marque, ce forcing publicitaire (mis en valeur par la vedette George Clooney) et cette démesure du luxe pour un produit basique. On est plus dans la recherche de qualité au niveau du produit mais dans l’acquisition de la plus belle machine. Et aux dernières nouvelles, on a pas attendu Nespresso pour faire du très bon café.

À lire ailleurs: « Nespresso vs Illy »