Épiphanie

Le 6 janvier, nous célébrons la venue des rois mages venus des trois continents pour rendre hommage au nouveau Roi des Juifs: le Christ. Après les fêtes de Noël, la crèche reste sous le sapin jusqu’à l’épiphanie. Moment de rassemblement de la famille autour de la « galette des rois ». Le gâteau est soit une brioche nature en forme de roue ou une galette feuilletée fourrée de frangipane.

Chez nous, la tradition veut qu’une fève (comestible ou non) soit cachée à l’intérieur du gâteau. Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, il est de coutume que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part qui est désignée par la personne chargée du service. Celui (celle) qui croquera dedans sera élu roi (reine) et portera la couronne. Il désignera ensuite sa reine (roi).

Galette des rois

Pour la galette maison, on y ajoute un haricot blanc ou une fève de son choix. La collection des fèves s’appelle la favophilie. Dans les boulangeries, un thème est choisi chaque année. Une collection unique, surtout prétexte marketing pour séduire les enfants et stimuler les ventes.

Jadis, l’usage voulait que l’on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du pauvre » était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.