French paradox

La France, en particulier le Sud-Ouest, consomme une nourriture particulièrement riche en graisses contrairement aux pays anglo-saxons et pourtant les risques de maladies cardiovasculaires sont moins importants. Cette contradiction résulte d’une étude lancée par l’OMS en 1980.

Les causes de ce french paradox sont à chercher dans les modes alimentaires. Les pays méditerranéens privilégient les graisses végétales tel que l’huile d’olive, les poissons riche en Omega-3 (anti-oxydant), les légumes, les fruits… et le vin.

Le vin a de nombreuses qualités puisqu’il est anti-inflammatoire, vasodilatateur et favorise l’assimilation des graisses. Le discours tenu par les médecins met en valeur les vertus d’une consommation régulière raisonnée. Je reste cependant très prudent à cause notamment de l’accoutumance: une bouteille à midi, quelques verres après le travail pour décompresser, une bouteille au soir pour digérer et un p’tit digestif avant d’aller dormir. L’accoutumance s’installe progressivement, le corps s’adapte et on finit par augmenter les doses, les fréquences. Boire un verre d’alcool ne doit pas devenir une habitude — comme on l’entend trop souvent — mais un geste occasionnel (fête, événement).

Edit: en février 2009, des études mettent en lumière le risque de cancer, notamment celui de la gorge, dans le cas d’une consommation régulière de petites quantités de vin (cf: 20 Minutes).

Publicités
Cet article, publié dans Vins & alcools, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.